Non à la violence à l’encontre des femmes en ligne! #makeitsafe

Tous les jours, les femmes sont victimes d’agressions et d’insultes sur les réseaux sociaux. Or, ni les plateformes ni les autorités n’ont réellement agi pour y remédier. Cela ne peut plus durer. Faisons du web un espace sûr pour les femmes. 

«Je vois mes amis et ma famille se détourner progressivement des réseaux sociaux. Beaucoup de personnes ont peur d’être la prochaine victime d’une attaque haineuse. Même la police me recommande régulièrement de ne plus me servir de mon téléphone portable ou de supprimer mon profil. Mais pour moi, c’est hors de question. J’ai le droit de dire ce que je pense, que ce soit en ligne ou hors ligne. »

Emma, athlète et influenceuse, 34 ans, Lyon, France

 Des femmes sont victimes de harcèlement sexuel ou de diffamation partout en Europe. Une fille ou jeune femme sur deux a déjà subi des agressions sur les réseaux sociaux. Pourtant, les plateformes en ligne continuent d’ignorer ces actes de violence, et leurs auteurs restent généralement impunis. Pire encore, des millions de femmes et de filles se retirent du débat en ligne car il s’agit de la seule façon pour elles de se protéger. Il est temps que cela cesse, et vous pouvez apporter votre aide. 

L’Union européenne (UE) adoptera bientôt de nouvelles règles pour Internet et proposera de nouveaux outils afin de lutter contre la violence à l’encontre des femmes et des filles. Il s’agit là de notre seule chance de faire d’Internet un lieu sûr. Ensemble, nous pouvons exiger que l’UE garantisse notre protection ainsi que celle de nos sœurs, filles, mères et amies.  Rejoignez notre mouvement : signez la pétition!

Nos exigences : 

  • Retirer les images de nu dérobées ! Chaque jour, des images intimes sont dérobées et mises en ligne sur des sites pornographiques et autres sans notre consentement. Non seulement il s’agit d’une violation de nos droits, mais nous devons également passer le reste de notre vie à retrouver nos photos et vidéos de nu en ligne. Malgré cela, elles sont à nouveau chargées sur des centaines de sites, et ainsi de suite. Nous exigeons des mesures efficaces afin de mettre fin aux agressions sexuelles par l’image au sein de l’UE. 
  • Obliger les plateformes en ligne à supprimer les contenus illégaux. Internet regorge de commentaires haineux sexistes, de publications hostiles à la communauté LGBTQI+ et de menaces de viol. Si des utilisateurs signalent des contenus illégaux, la réponse des plateformes n’est pas fiable. Souvent, l’évaluation automatisée des contenus signalés est source d’erreurs. De plus, les plateformes ne sont soumises à aucune obligation de supprimer les contenus illégaux signalés. Nous en appelons à l’UE afin qu’elle oblige les plateformes à retirer les contenus illégaux lors de leur signalement. 
  • Permettre aux utilisateurs de contrôler les contenus qu’ils voient et leurs interactions sur les réseaux sociaux. Les systèmes de recommandation automatisés des plateformes sont programmés de façon à amplifier les discours haineux et les contenus scandaleux. Que cette action soit délibérée ou non, nos agressions leur font gagner de l’argent. Nous ne voulons plus faire partie de ce modèle commercial basé sur la haine. C’est pourquoi les utilisateurs doivent pouvoir refuser les systèmes de recommandation. Le choix doit nous appartenir. 
  • Faciliter le recours des utilisateurs aux tribunaux. Saisir la justice parce qu’une plateforme refuse de retirer des contenus illégaux peut prendre jusqu’à deux ans et coûter au moins un mois de salaire. Pour cette raison, il est rare qu’une personne intente des poursuites judiciaires suite à une menace de viol dans une publication, par exemple. Nous exigeons un moyen de recours simplifié et sensible au genre pour tous les utilisateurs afin de garantir les droits des victimes. La défense de nos droits sur le web ne devrait pas être un privilège réservé à quelques-uns. 
  • Offrir des options de contact simples et efficaces aux utilisateurs. Lorsque les utilisateurs contactent une plateforme afin de signaler des contenus haineux, ils ne reçoivent qu’une réponse automatique. Il n’y a même pas de numéro de téléphone. Par conséquent, les victimes de violence restent démunies. Nous exigeons des options de contact simples pour les utilisateurs dans tous les États membres de l’UE, avec un accès possible dans l’une des langues officielles. 

Une pétition par :

Logo HateAid Petition
Logo The Landecker Digital Justice Movement

Cette pétition est soutenue par :

Logo Anna Nackt
Logo digitalt ansvar
Logo INACH
Logo NaoPartilhes
Logo StopFisha
Logo Pantallas Amigas
Logo Zara
Logo Media Diversity Institute
Logo belong to
Logo ich bin hier
Logo ndm
Logo Das Nettz
Logo No Hate Speech Movement
Logo Digitale Helden
Logo Plan International
Logo Frauen gegen Gewalt e.V.
Logo Je suis là
Logo I am Here International
Logo European Women's Lobby
Logo Netzcourage